L’Emoi Photographique 2014


    -L’Emoi Photographique 2014 se propose de monter 16 expositions sur le thème du portrait dans la ville d’Angoulême.

    .Le Musée municipale va accueillir M. Denis Dailleux, photographe de l’agence de presse Vu qui est représenté par la galerie Camera Obscura de Paris. Il a mené un travail a long terme sur l’Egypte avec une délicatesse dans le portrait réhaussée par l’utilisation particulière des procédés couleurs argentiques ainsi que son travail sur le Ghana.

    . Le théâtre va être occupé par le photographe Thomas Devaux dont la particularité est une transformation de l’image de la prise de vue pour réaliser une image imaginée.

    . Laura Serani, directrice artistique des Rencontres de Bamako prendra ses quartiers à l’Hôtel Saint Simon pour une Afrique contemporaine.

    .L’espace Franquin sera réservé aux jeunes photographes, écoles ou professionnel en devenir.

    .L’Abbaye de la Couronne abritera une rétrospective du travail de portrait de M. Lucien Clergue, président de l’Académie des Beaux-Arts de France, et sera l’occasion de célébrer les 80 ans de notre premier photographe à être devenu un Immortel. Avec Malick Sidibé les sages des deux continents seront sous le même toit
   
    .La ville de Soyaux , accueillera un travail de la classe d’Arts-Appliquées des apprentis du Lycée professionnel de l’automobile Jean-Albert Grégoire sur le thème : « Art et Métiers : le portrait revisité »

    . L’intervention que l’association réalise dans le quartier de Basseau devrait  pouvoir être intégré à la programmation.


    -Le cycle de conférence nous permettra de dialoguer avec Denis Dailleux sur l’utilité de l’image de témoignage; avec Lucien Clergue sur la place que son action a permis à la photographie de prendre dans le milieu artistique français; avec Steven Lumière Moussala et Peggy Calvez-Allaire nous pourrons échanger sur la photographie en tant qu’outil dans la défense de l’identité culturelle et sociologique et Mme Laura Sérani présentera la richesse de l’échange et de la recherche des pratiques émergentes de la photographie africaine.


    -Les stages de prise de vue au collodion humide permettront d’amener un public de passionné sur notre territoire. Ce procédé, peu utilisé car appartenant aux procédés photographiques anciens, est riche de manipulations en devenir. Les stages regrouperont des pratiquants avertis ou tentés par l’expérience d’une nouvelle pratique chimique et artistique.


Dakar

Elsa BEAUMONT

EXPOSITION A L'ESPACE FRANQUIN

Ce travail photographique questionne la relation que le corps entretient avec l’espace. Le format panoramique, normalement dédié au paysage, est ici détourné pour réaliser des portraits dans des espaces intérieurs.

Adoptés l’origine de l’histoire

Hélène Jayet / Transit / Picturetank

EXPOSITION A L'ESPACE FRANQUIN

Hélène Jayet met en images et en mots les conséquences de l’adoption, la question des origines et interroge l’impact de ces trajets particuliers sur la personnalité au fil des étapes de la vie.

Colored Only

Hélène Jayet / Transit / Picturetank

EXPOSITION A L'ESPACE FRANQUIN

Rue du Château d’eau, dans le X arrondissement de Paris, le visiteur qui sort du métro débarque dans le quartier des coiffeurs afro. Ils s’alignent les uns à côté des autres, les clients débordent sur les trottoirs dans une joyeuse pagaille de mèches colorées, d’ongles peints et de coupes délurées. Ambiance électrique. A la sortie du métro, et même parfois sur le quai même de la rame, les rabatteurs, jeunes stylés et beaux parleurs, essaient d’attirer les clientes dans leur salon. Résonne alors cette phrase qui résume le quartier : « Tu veux coiffer là ? ».

Portrait du Mali

Salif TRAORE

EXPOSITION AU CHAMP DE MARS

Des moments qui sourient, un portrait de la population, des éléments culturels du quotidien d’un pays malmené par la violence.

The Childhood edge

Charles ROUX

EXPOSITION AU CHAMP DE MARS

Toute l'ambiguïté de la série réside sur cette instabilité entre réalité et fiction et sur la réaction de la pose photographique, qui suscite soit le malaise soit le sourire forcé. Cet aspect bancal se veut aussi une réflexion personnelle sur l'univers de l'enfance qui implique une légèreté et un détachement autant qu'une certaine fatalité et une appréhension de l'enfant, face à l'avenir, à la nature, à son rapport aux autres, à son rapport à la réalité et à son image.

La lumière dans les yeux

Zoumana SIDIBE

EXPOSITION A L'HÔTEL DU DEPARTEMENT / SALLE DES PAS PERDUS

Le portrait est un genre en photographie qui représente les traits physiques (le haut du corps ou le corps entier) et le morceau d’un individu réel.

101 Maliens

Yohanne LAMOULERE / Transit / Picturetank

EXPOSITION A L'HÔTEL DU DEPARTEMENT / SALLE DES PAS PERDUS

En 1986, le charter des 101 maliens fait la Une des journaux. Charles Pasqua est alors ministre de l’intérieur et inaugure par cet événement une nouvelle forme d’expulsion en masse qui scandalise l’opinion publique. 20 ans plus tard, le renvoi d’étrangers continue à se faire, quotidiennement mais de manière plus discrète.

Orvieto

Pierre DELAUNAY

EXPOSITION AU THÉÂTRE D'ANGOULÊME

«La technique n'est pas ma priorité, je la connais et la domine mais je préfère me consacrer à la plus importante source de réussite photographique : la relation humaine. Plus je vais me rapprocher du sujet, plus il va avoir confiance et plus je vais communiquer. Si la personne est réticente, je n'insiste pas. J'ai pu ainsi remarquer que lorsque je suis très près d'eux, l'appareil disparaît. A ce moment-là, vous n'êtes plus un voyeur mais un proche.»

Haabre

JOANA CHOUMALI

EXPOSITION A l'HÔTEL SAINT SIMON

Joana Choumali est ivoirienne et habite Abidjan, photographe de studio elle alterne les langages photographiques pour adapter sa prise de vue à son sujet.