L’association Emoi Photographique organise le festival éponyme du 28 mars au 3 mai 2015 dans la ville d’Angoulême et sa grande agglomération sur le thème de la Mode.Notre festival désire promouvoir la photographie, celle entièrement numérique, mais en passant aussi par l’argentique ainsi que les procédés anciens dits alternatifs. Il se caractérise aussi par la présentation de photographes africains participant ainsi au réseau d’échange culturel avec le continent africain.

    La programmation se partage entre des photographes contactés par l’association et ceux ayant répondu à l’appel à candidature. Ces photographes peuvent être connus dans le milieu de la mode tel Giacomo Bretzel(http://www.giacomobretzel.com/) fantastique portraitiste des créateurs comme de leurs créations, Fabrice Monteiro(http://fabricemonteiro.viewbook.com/) qui mêle les cultures occidentales et africaines dans une collaboration avec le styliste sénégalais Bull Doff pour un voyage dans le monde des « contes et légendes », et d’autres avec des parcours plus décalés par rapport au vêtement comme Amélie Chassary en duo avec Lucie Belarbi(http://www.ameliechassary.com/huisclos.html), dont les photographies sont habitées par le tissu, Nathalie Hubert(http://www.nathaliehubert.fr/fr/accueil.html) qui associe des images entre-elles grâce à un filigrane d’émotion, Hester Huguet(https://www.facebook.com/EstherHuguetPhotography) qui joue du mimétisme entre un dalmatien et sa maîtresse à l’aide du motif, ou Cécile Henryon(www.cecilehenryon.com ) qui nous offre ses « Talons de curiosités » comme une incursion dans l’univers des femmes qui ont bien voulu rassembler leur intimité autours de leur chaussure pour nous donner la liberté d’aller rechercher un objet commun, un que l’on aurait désiré, une ressemblance ou bien l’inconnu total, avec le jeu « Où est Charlie » dans un coin de la tête.

    Ce jeu emblématique nous emmène aussi à la découverte des accessoires de mode sous une toute autre forme grâce au collectif Clair-Obscur, association de deux photographes amateurs, habitant en Charente, très imaginatifs, qui se sont penchés sur le monde de l’enfant et du jeu pour un parcours ludique.
    La Charente sera représentée par la collaboration du photographe Yann Calvez(http://www.auxgrainsdargent.fr/)  avec le styliste Emmanuel Danville dont les changements de saisons sont à chaque fois prétexte à la création d’un univers différent. Le photographe cognaçais Mark Tellok(https://500px.com/) quant à lui nous fait voyager grâce aux multiples caractéristiques des vêtements de la boutique Did’s Shop Audoin qu’il s’amuse à mettre en scène en faisant poser le propriétaire de la boutique, par le montage il fait entrer le sport et ses lieux mythiques dans ses images.
Le Lycée des Métiers Jean Rostand d’Angoulême avec ses sections mode et maroquinerie sera présent dans deux lieux, l’un pour présenter le cyanotype

procédé ancien, monochrome bleu ayant la particularité de se restaurer quand il est mis à l’abri de la lumière après avoir été délavé par les années. Cette intervention scolaire réalisée par Peggy Calvez-Allaire(https://www.facebook.com/Emoiphotographique) sera aussi l’occasion de présenter ces sections professionnelles avec une exposition de tirages numériques au sein du CSCS-MJC de la Grande Garenne dont une partie du public est concernée par le choix d’une orientation scolaire. Une façon de faire passer un plaidoyer  pour les formations professionnelles à la recherche de l’excellence tout comme le prône la société de charentaises Rondinaud dont Sébastien Lascaux à mis en valeur le savoir-faire.

Comme pour les précédentes éditions les photographes africains seront très présents avec un photographe burkinabé vivant au Mali, Aly Barro(https://www.facebook.com/aly.barro), dont les images s’additionnent, ajoutent une idée à une ancienne réalisation et la transforme, un joli creuset d’alchimie photographique.
 Hamdia Traoré(https://www.facebook.com/hamza.traore.167) marie la photographie de mode à la tradition du portrait malien pour un résultat très personnel de mise en valeur du traditionnel tissu appelé le bazin. Moussa John Kalapo(http://kalapo-moussa.blogspot.fr) , quant à lui utilise les motifs hypnotisants du wax pour capter notre regard. La photographe Lila Neutre(http://lilaneutre.com/) est à la croisée des continents puisqu’elle photographie la classe des sapeurs africains en France, autant en tant que recherche identitaire que photographique.
    L’Asie fera sont entrée cette année avec les travaux personnels et de commande du photographe français vivant au Vietnam, Boris Zuliani(http://www.boriszuliani.com/). avec cette double présentation il s’agit de montrer comment l’univers personnel d’un artiste influence les choix d’une maison de couture…

Boris Zuliani

For his series, Boris made light paintings on long-expired Polaroid film. With exposures of generally 1 minute long,

Nathalie Hubert

Isolato


Cette série de photographies sur le thème de la mode met en scène l’image d’une femme à l’opposé des clichés habituels. Intitulée « Isolato », la série évoque l’idée d’enfermement et de solitude. Il s’agit à chaque fois de rassembler un corps féminin avec un objet, un paysage ou un animal, tel un  évident alter égo.

Chaque corps est voilé,

Mark Tellok

 

1972 DID’S SHOP AUDOUIN
Did’s Shop Audouin est un magasin de vêtements “Life style” pour hommes.
Le concept : Entrer et voyager dans l’univers de Did’s Shop Audouin par le biai du sport
et de ses lieux mythiques à travers le monde.
L’idée est de mettre en scène le responsable du magasin, dans des situations de sportifs,
habillés avec des vêtements de ville, présenté devant la boutique Did’s Shop.
Les décors reprennent des éléments significatifs de chaque lieu, en simulant des sites
célèbres, liés à chaque activité, comme :

Lila Neutre

Cosmétique du Sapeur

Façonné par les contextes socioculturels, le style vestimentaire, depuis les années 1960, est devenu le vecteur sémantique de notre relation au monde. Parce qu’il est le lieu de la coupure, de la différenciation individuelle et de la séparation entre moi et les autres, on lui prête une attention redoublée. À l’heure du culte de l’apparence, la mode est non seulement devenue un objet de fétichisme social mais également un instrument de communication que mes recherches (aussi bien photographiques que théoriques) tentent de mettre en lumière.

Hamdia Traore


MALI - CREATION
Le basin est l’habit le plus aimé par  les hommes au Mali; car il est le signe de la grandeur et de la considération.
C’est un habit qui est communément aimé ; que tu sois chrétien, musulman ou animiste ; tout le monde le porte et dans n’importe quelle fête : le noël, la Tabaski et autre.
On le porte également dans n’importe quelle cérémonie : la cérémonie de baptême, d’anniversaire ; la cérémonie de funérailles,  la cérémonie religieuse ; le deuil etc. 

Aly Barro

ALY BARRO
Photographe
contact :(+223) 63 35 69 56
               (+223) 76 03 16 22
e-mail :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
site : http : // alybarro1.e-monsite.com


     Je suis Photographe sociale , Comédien

- Conteur , Peindre ,

Metteur en Scène et photographe d'auteur.

Fabrice Monteiro

Les rêves rendent compte de rendez-vous insoupçonnés. Ici, les
formes sont des personnages issus de cieux multiples et disséminés
dans la ville de rencontres qu'est Dakar. Cendrillon tend une baguette
à Kouss-le-Nain qui ira donner à profusion la fortune. Aladin,

Cécile Henryon

Dans la série Talon de curiosités, Cécile Henryon investit la demeure de ces femmes pour y dénicher des objets de toutes sortes. Elle chine jusque dans les recoins de leur intimité et dans un espace choisi, elle les assemble tel une conceptrice de bizarrerie. Lors d’une minutieuse composition hétéroclite, elle organise ses trouvailles en cabinet de curiosité. Ici la rareté est toute relative et la singularité ressort des combinaisons surréalistes, conférant une dimension onirique à la scène. En son centre, la maîtresse des lieux et des objets chaussée de ses piédestaux prend sa place.
Cette série est née d’inspirations diverses allant des peintures de Jérôme Bosch aux photographies de Les Krims en passant par les cabinets de curiosités mais elle a également été pensée avec « Où est Charlie ? » dans un coin de l’esprit !

Chassary & Belarbi

 

CHASSARY&BELARBI
HUIS-CLOS

Le Huis-Clos inscrit les personnages dans les rituels et les coutumes familiales. Notre approche photographique souligne le lien que chacun entretient avec les lieux qu’il occupe et les objets qu’il possède. Les personnes photographiées reproduisent des gestes transmis, propres à une intimité naturaliste dans un contexte de mise en scène. En référence à la mode, l’installation textile sublime l’attachement des personnages aux gestes usuels quotidiennement répétés. Volontairement contextualisés dans des scènes de vie et au centre de chacune des photographies, les étoffes aux lignes inattendues deviennent de nouveaux objets de mise en scène.
CHASSARY&BELARBI

Giacomo Bretzel

Nourri de l’héritage artistique classique des deux régions de son enfance, la Lombardie et la Toscane,
Giacomo Bretzel est arrivé à la photographie après une fréquentation assidue de la peinture.
Pour lui, la photo est la sublimation d'un instant, « comme une musique qui touche les cordes de
l'âme ».

Plan d'accès aux expositions