Giacomo Bretzel

Nourri de l’héritage artistique classique des deux régions de son enfance, la Lombardie et la Toscane,
Giacomo Bretzel est arrivé à la photographie après une fréquentation assidue de la peinture.
Pour lui, la photo est la sublimation d'un instant, « comme une musique qui touche les cordes de
l'âme ».


Dès l’âge de dix ans, il se forme au dessin et au graphisme à l'atelier Rollier de Milan.
La photographie était présente dans l'univers familial par le biais des albums photos que son père
réalisait avec un Rolleiflex, « objet fétiche et magique ».
C'est en Sicile, lors de la participation à des fouilles archéologiques, que Giacomo Bretzel a commencé
à produire des images : portraits de pêcheurs, d’ouvriers, d’étudiants…
Il réalise son premier shooting de mode à Florence et commence à publier dans le journal italien Moda.
Puis il s’installe à Paris en 1990, réalise ses premiers travaux rémunérés et travaille auprès de Max
Vadukul, photographe britannique d'origine indienne avec lequel il « fait le métier » en voyageant
beaucoup (Paris, New York, Los Angeles, Rome…).
Il publie dans Vogue puis Figaro Madame, pour Condé Nast Traveller, Travel & Leisure, Vanity Fair et
beaucoup d'autres…
Son regard sur la mode et le style part d'une nécessité de narration, ses images sont comme des
« fragments de pellicules cinématographiques » : Giacomo Bretzel est un cinéphile érudit.
Lucas Delattre

Plan d'accès aux expositions