Lila Neutre

Cosmétique du Sapeur

Façonné par les contextes socioculturels, le style vestimentaire, depuis les années 1960, est devenu le vecteur sémantique de notre relation au monde. Parce qu’il est le lieu de la coupure, de la différenciation individuelle et de la séparation entre moi et les autres, on lui prête une attention redoublée. À l’heure du culte de l’apparence, la mode est non seulement devenue un objet de fétichisme social mais également un instrument de communication que mes recherches (aussi bien photographiques que théoriques) tentent de mettre en lumière.



Depuis toujours il est des individus pour s’exprimer et s’inventer au travers du style. De simple parti pris vestimentaire, le look peut parfois se faire l’expression d’un mode de vie global en rupture avec les normes imposées d’une époque et d’une société.

Qui sont ces hommes ?

À Paris, entre Château Rouge et Château d'eau, à Grigny dans l'Essonne, on ne voit qu'eux. Des Africains à la démarche crâneuse et fière, habillés en Dior et chaussés chez J.M. Weston : les Sapeurs congolais, dignes représentants parisiens de la S.A.P.E, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes. Pour la plupart issus d’une jeunesse congolaise populaire et prématurément sortie de l'enseignement secondaire, ils forment des clubs où ils peuvent briller dans des costumes griffés par les plus grands couturiers et arborer un assortiment mûrement réfléchi de chaussettes et de cravates.

Depuis plusieurs décennies, tant au Congo-Brazzaville qu’en République démocratique du Congo, la Sape est un dandysme qui revendique l’accès à la bourgeoisie (du moins en apparence car l’essentiel des Sapeurs vit de manière extrêmement modeste). Se saper est une façon d’imposer sa dignité d’être humain, quel que soit son quotidien, et de revendiquer une vie meilleure. Tous partagent le même rêve :␣se rendre à Paris pour se constituer une panoplie complète, vêtements et accessoires, qui les transformerait en ambassadeurs de l’élégance. Mais la Sape n’est pas uniquement une manière de vivre à travers un paraître, c’est aussi le moyen de dénoncer une misère sociale et économique. Au travers de leur style, à la fois ambitieux et improbable, les Sapeurs révèlent les rêves et les frustrations de toute une génération de congolais.

Entre marginalité et intégration, la Sape flirt avec la mode et son pouvoir provocateur.

Plan d'accès aux expositions